hipster-wallpaper-photography-vintage-photo-hipster-wallpaper-1716838210

Quelques souhaits pour 2018…

Ce que je nous souhaite, collectivement…

C’est moins la fête de Noël que le fait que ce soit le solstice d’hiver qui nous porte à l’introspection à ce moment-ci de l’année, me semble-t-il. J’aime beaucoup cette saison de l’hiver qui s’amorce par le basculement de l’effet de lumière. Les journées recommencent à prendre quelques minutes à la nuit.

La lente pente des journées plus longues qui nous mènera au printemps. Que j’aime ce pays des quatre saisons.

Un bon moment donc pour entrevoir la prochaine année. Pour faire le point.

Au Québec, l’année qui vient sera marquée par un cycle électoral capital. Un moment décisif au cours duquel les citoyens auront la chance de changer le cours des choses. Ou de perpétuer l’état actuel de la gouvernance de notre nation. Ce n’est pas rien quand même.

Voici ce que je nous souhaite collectivement, à l’aube de cet important moment :

– des politiciens et des candidats qui sauront saisir l’importance du moment en dehors des considérations partisanes, qui sauront s’élever au-dessus de leurs petits intérêts au nom de ce qui est le mieux pour le Québec;

– une prise de conscience de la part de la majorité des Québécois de l’absolue nécessité que le ménage soit fait au sein de nos institutions de justice et que cet enjeu soit déterminant au cours de la prochaine campagne électorale;

– la force de voir au-delà des crocs-en-jambe, des jeux de coulisse, des manigances auxquelles se livreront assurément ceux qui, dans l’antichambre du pouvoir – depuis trop longtemps- feront tout en leur pouvoir pour que rien ne change, ou si peu;

– la capacité de nous fédérer derrière quelque chose de plus inspirant que « tout sauf Untel »;

– ne plus avoir honte d’exister, d’affirmer qui nous somme d’être fiers de ceux qui nous ont façonnés dans le passé, l’existence de notre nation étant tout aussi légitime que n’importe quelle autre;

– de ne plus porter attention à ceux qui font tout pour nous diviser, ceux qui tirent profit de notre division, de notre incapacité à nous rassembler derrière certains principes de base, fédérateurs, comme l’expression d’une laïcité qui affirme l’égalité des femmes et des hommes et la séparation –absolue – entre la religion et l’état, cet enjeu devant lui aussi être au centre de notre prochaine discussion électorale;

– la compréhension que débattre est utile, sain et nécessaire et que l’art de débattre implique ce principe fondamental qu’est l’écoute et la considération des arguments de ceux d’en face, et la propension d’acquiescer à ceux-ci une fois de temps en temps;

– accepter que nous ne sommes jamais, entre nous, peu importe nos convictions personnelles, des ennemis –mais bien des adversaires – et la sagesse de rejeter tous ceux qui prônent la politique et le langage de la détestation.

Je sais, certains me traiteront d’idéaliste. Tant pis. C’est le moment idéal pour rêver, les nuits sont longues.

Aussi, je suis de ceux qui croient encore et toujours en notre capacité collective de choisir pour le mieux. Cette nation a connu d’autres périodes sombres et toujours elle a su trouver le chemin de la survivance, parfois même de l’épanouissement. Cette nation qui est capable de grandes choses.

Joyeux temps des Fêtes.

Scridb filter