da480fd6-68ac-418a-832a-e22471456193_500

Intimidation – l’exemple vient de haut…

Partout on fait de la lutte à l’intimidation une priorité. Et c’est bien la moindre des choses. Pourtant, quand on observe le parti qui gouverne le Québec, il semble bien que ce soit difficile d’y enrayer pratiques et méthodes qui relèvent incontestablement de l’intimidation.

On pense évidemment au ministre de la Santé Gaétan Barrette dont les frasques en ce sens sont depuis longtemps documentées. La journaliste Isabelle Hachey revient sur les méthodes délétères de Gaétan Barrette dans un texte aujourd’hui. Elle évoque les « méthodes musclées » du ministre de la Santé. Tout ce qui suivra dans le texte réfère plutôt à de l’intimidation, quand ce n’est pas carrément des menaces.

La journaliste revient sur le conflit larvé en Barrette (sa conjointe, aussi radiologiste) et à peu près tous les autres radiologistes de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont :

« Carignan, lui, il poignarde les gens dans le dos. Mais moi, je vais le poignarder de face jusqu’à tant qu’il en meure », a menacé Gaétan Barrette lors de son appel à Robert Filion, le 3 septembre 2009, selon le témoignage que ce dernier a rendu en Cour supérieure. »

Le texte de la journaliste Hachey donne froid dans le dos tant les menaces, les méthodes et le vocabulaire violent dont fait usage Gaétan Barrette sont graves. Des radiologistes admettent sans ambages avoir quitté l’hôpital Maisonneuve-Rosemont à la suite de l’intimidation exercée par Gaétan Barrette. Selon la journaliste, cet être rancunier s’est ensuite servi de son poste de ministre afin d’attaquer ses ennemis, notamment en tentant de changer les règles pour leur enlever un champ de pratique en radiologie.

c_y0i0wxuaa6i_o

Bref, un être carrément dangereux.

À plus forte raison, un ministre qui recourt à de telles méthodes se devrait d’être surveillé, encadré. C’est pourtant tout le contraire qui s’est produit. Barrette s’est attelé à la tâche de supprimer tous les mécanismes de surveillance et d’imputabilité du ministère qu’il dirige en roi et potentat.

Un climat d’inquisition

Ce ministre-intimidateur a instauré au sein du système de santé un climat d’inquisition qui vise notamment – et surtout – à museler toutes voix discordantes quant aux changements qu’il impose. C’est la « méthode Barrette ».

À plus petite échelle, dans ma région par exemple, voici comment ça se passe. Le ministre Barrette fait savoir par les canaux de communication du ministère qu’il entend procéder à une annonce dans un point de service X. Un CLSC mettons.

Dans ce point de service, les réformes du ministre ont causé beaucoup de mécontentement. Toutefois, les gestionnaires sont avisés de n’accepter « aucun manque de loyauté » envers l’employeur. Lire ici « aucune dissension n’est permise ».

Ainsi, les gestionnaires identifient les employés qu’ils croient les plus « militants » dans le lot. Ceux-ci sont convoqués par leurs patrons. On ira jusqu’à les avertir que tout manque de « loyauté » envers l’employeur sera sanctionné. J’ai pu moi-même faire l’écoute d’une telle rencontre alors que la personne convoquée avait actionné la fonction d’enregistrement sur son téléphone.

On en est là.

Dans ce cas bien précis, le gestionnaire évoquait la possibilité de surveiller les réseaux sociaux de la personne convoquée afin de contraindre toute critique qui vise « l’employeur ». Ce climat d’inquisition se rend jusqu’à la capacité de mobilisation du syndicat. Les relations sont tellement tendues dans le cas présent que les représentants syndicaux suggèreront à leurs membres de ne rien publier sur les réseaux sociaux pour ne pas empirer un climat de travail déjà suffocant.

capture-decran-2017-12-07-a-08-48-23
Copie d’écran d’un message envoyé par une personne qui oeuvre dans un point de service du système de santé en anticipation de la visite du ministre Barrette.

La visite du ministre Barrette, en apparence, dans le cas présent, se passera sans embuches. Aux yeux de la population du moins. Quand le ministre aura quitté, tous les intervenants du réseau, du corps médical jusqu’aux employés de soutien, tous trouveront matière à encore un peu plus de frustration.

Ça ne faisait pas une heure que Gaétan Barrette avait quitté que déjà on commençait à ajouter à la longue liste des récriminations… C’est que la concertation ne fait pas partie de la « méthode Barrette ». Comme d’habitude, le ministre a bousculé tout le monde. Annoncer des changements aussi importants que l’horaire de couverture du point de service sans consulter le corps médical? Yes sir. Bienvenue dans le système de santé du ministre Barrette. Et gare à ceux qui oseront critiquer.

L’exemple vient de haut

Pourquoi le ministre Barrette se gênerait-il? L’exemple vient de haut. On se souviendra que le chef de son parti avait débuté sa campagne électorale en mars 2014 en clamant haut et fort sa détestation de plus d’un million de Québécois. Les médias n’ont pas dénoncé. Euphémismes encore : « Philippe Couillard démarre sa campagne en lion! », ou encore « Couillard prêt pour le combat! »

Plus tard dans la campagne électorale, alors que la PM sortante avertissait qu’elle ne se gênerait pas pour évoquer le passé éthique douteux du chef du PLQ, ce dernier avait répliqué que si elle allait trop loin « Elle va y goûter! »

On est à la limite de l’image de la femme battue. Surtout dans ce contexte où avait attenté à la vie de la PM quelques mois auparavant et qu’il y avait eu mort d’homme.

Aujourd’hui premier ministre, Philippe Couillard qui n’hésite pas à insinuer que ses adversaires versent dans l’intolérance dès que ceux-ci osent remettre en question des dogmes chers au PM. Legault ose-t-il questionner les seuils d’immigration qu’il « souffle sur les braises de l’intolérance… » Et que dire de la « méthode Couillard » avec les journalistes; cette manière qu’il a de s’imposer pour mettre fin aux questions délicates qui réfèrent à l’un des nombreux épisode de son passé, ce PM qui tonne sans cesse, impatient, « ÇA SUFFIT! ÇA SUFFIT! »

Ce gouvernement n’aura jamais une once de crédibilité en matière de lutte à l’intimidation tant que des sinistres personnages comme Gaétan Barrette et Philippe Couillard en seront.

Scridb filter