3a506c3e-a62c-43ec-acff-fae117fba2ac_original

L’ex maire de Laval Gilles Vaillancourt libéré sous peu?

Quelle justice???

Au cours des derniers jours, les méthodes de l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt sont dévoilées au grand jour dans le cadre du procès pour fraude de l’entrepreneur en construction Tony Accurso.

Une vie de corruption, de collusion, de fabrication de faux, d’entrave à la justice, etc. À telle enseigne que lors du dépôt des accusations, Vaillancourt a été accusé de gangstérisme, rien de moins. En échange d’un plaidoyer de culpabilité, Vaillancourt s’est évité l’une des plus graves accusations du Code criminel, celle de gangstérisme.

Accessoirement, son plaidoyer de culpabilité évitait à tout le monde que Vaillancourt soit appelé à la barre des témoins et qu’il soit contraint de dévoiler tous ses secrets.

On peut imaginer que plusieurs politiciens, la plupart des libéraux, sa famille politique ont poussé un soupir de soulagement.

capture-decran-2017-11-02-a-09-57-46

Dans le cadre du procès de Tony Accurso, Josiane Pesant, l’ex-secrétaire du maire Vaillancourt, témoignant avec aplomb et assurance, en a révélé beaucoup sur les activités de son ancien patron. Tiré d’un article du Journal de Montréal :

« Peu de gens ont eu un accès aussi privilégié à Vaillancourt. De 1997 jusqu’à la démission du maire, à la fin 2012, c’est elle qui était responsable de son agenda. Mme Pesant n’est accusée de rien, mais son témoignage donne un aperçu inédit de ce qui se passait derrière les portes closes dans le bureau du maire. »

Et le récit de Josiane Pesant est accablant : téléphones jetables, brouilleur d’ondes, boite métallique pour le dépôt des cellulaires des invités afin d’éviter que ceux-ci ne puissent être retracés, piles des téléphones enlevées, agendas déchiquetés, refus de tenir un registre des invités; tout pour brouiller les pistes.

capture-decran-2017-11-02-a-10-03-04

Tout à tour, des acteurs clés du système de corruption à Laval, sommés de témoigner dans le cadre de ce procès, ont fourni des récits troublants. L’ex-directeur général de la ville de Laval Gaétan Turbide a avoué avoir reçu 130 000 en cash comme indemnité de départ secrète. L’ex-DG de l’ingénierie Claude De Guise voulait 500 000$! Vaillancourt, en roi de la corruption et maitre des coffres forts remplis de liasses (des millions) a tranché selon Turbide : « 350 000$ pas une cenne de plus! »

Les noms que l’on croise en se renseignant sur ce procès sont souvent connus, des personnes dont on a entendu parler lors de la commission Charbonneau notamment. L’enquête de l’UPAC dans ce dossier se nommait « Honorer » et plus d’une trentaine de personnes ont été accusées suite à cette enquête. Du nombre, la plupart ont plaidé coupable (17 en date de juillet 2017). D’autres (7 à la même date) ont bénéficié de l’arrêt Jordan.

Le procès de Tony Accurso permet d’en apprendre plus concernant les méthodes bien précises qui ont permis à un maire escroc comme Gilles Vaillancourt d’engranger des sommes faramineuses.

Gilles Vaillancourt a plaidé coupable en décembre 2016 et il a été condamné à 5 ans, 11 mois et 15 jours de prison (plus remboursements divers). Alors que son ex –secrétaire dévoile les secrets de ce maire corrompu, de cette vie de collusion et de mépris de la démocratie et du service public, il est ironique (voire enrageant) de penser que Vaillancourt pourrait être libéré avant la fin du procès de Tony Accurso!

En effet, selon la criminaliste Debora De Thomasis, « l’accusé, en prison depuis le 1er décembre, risque de ne passer qu’une seule année derrière les barreaux. Vaillancourt serait, en effet, admissible à une libération conditionnelle au sixième de sa peine, en raison de la loi en vigueur lors de la commission de ses crimes ».

Faites le calcul, l’ex-maire de Laval pourrait bien être libre au cours des prochaines semaines. Et au su des témoignages sur la fortune colossale qu’il a amassée pendant son règne de 23 ans à titre de maire corrompu à Laval, il devrait lui en rester assez pour qu’il se préoccupe plus de la fin du monde que de la fin du mois…

D’ailleurs, on apprenait ceci en juin dernier :

« Vaillancourt sera admissible à une libération conditionnelle dès le mois de décembre prochain, après avoir purgé le sixième de sa peine. Sa conjointe a récemment acheté un nouveau condo sur l’île Paton qu’elle et sa fille ont payé 545 000 $, sans contracter d’hypothèque. »

Gilles Vaillancourt ne s’en tire pas trop mal en fin de compte quand on considère l’ampleur de ses crimes.

6a00d8341c5dd653ef01bb095a0687970d-800wi

Scridb filter