capture-decran-2017-10-04-a-08-22-42

Luc Lavoie : l’indignation à géométrie variable…

La sentez-vous cette vague d’indignation de la caste médiatique au Québec suite aux propos orduriers, à cette incitation à la haine lancée en pleine heure de grande écoute par le chroniqueur de LCN Luc Lavoie?

Voyez par vous-même :

https://www.youtube.com/watch?v=ARQK7HtUQyk

Rétropédalons. Il y a quelques semaines, le chef du parti québécois Jean-François Lisée publie un tweet maladroit qui visait à dénoncer la gestion de la crise des demandeurs de statut de réfugiés. Son micromessage faisait état des « invités de Justin Trudeau »; une référence à un autre micromessage, du PM Trudeau celui-là, qu’on n’hésitait pas à critiquer de façon beaucoup plus véhémente que Lisée dans le Canada anglais! Certains chroniqueurs ont même été jusqu’à dire que par son tweet, Trudeau venait de faire sauter la frontière sud du Canada!

S’en suit une vague d’indignation d’une bonne part de la caste médiatique de Montréal (surtout). Éditorial percutant dans La Presse pis toute. Lisée devait payer cher sa critique mal formulée. Des jours durant, on traitera de ça à Midi info, dans les blocs nouvelles.

J’ai pu constater nombre de messages d’indignation sur les réseaux sociaux, mais surtout de personnalités dont on sait qu’elles sont elles-mêmes des « séparatistes ». J’attends encore la même indignation de la part de ceux qui sont toujours prompts à déchirer leurs chemises devant le moindre usage d’une épithète qui les heurte quand il est question d’attaques inconsidérées contre tout autre groupe dans la société sauf les méchants « séparatistes ».

J’appellerai ça le principe de « l’indignation à géométrie variable ». Remplacez le mot « séparatiste » dans la tirade de Luc Lavoie par n’importe quelle autre référence à un groupe quelconque. Résultat? Indignation générale. Le cas de Luc Lavoie se règle dans l’heure, DEWOOORS!

Selon la même logique, en remplaçant la référence aux « séparatistes » par, mettons, tout autre groupe, dans le texte de Richard Therrien (on le félicite d’être toujours à l’affut d’ailleurs, il a rapporté la chose très rapidement), on ne parle plus de « blague de mauvais goût », mais plutôt de propos haineux ou d’incitation à la haine. Ne pas le faire, ce double standard en somme, participe à la banalisation de la violence que l’on peut distiller, semble-t-il, de façon toujours plus « facile » quand il s’agit des « séparatistes ».

On doit aussi placer cette tirade dans son contexte. Au moment où Luc Lavoie se fend de ses commentaires haineux, les salles de nouvelles traitent sans arrêt depuis plus de 24h du pire attentat de l’histoire des États-Unis, celui du tireur de Las Vegas. L’angle du contrôle des armes à feu et de l’effet que peuvent avoir de tels attentats sur d’autres désaxés est souvent évoqué.

Pas grave, de son gros rire gras, Luc Lavoie échappe le fond de sa pensée :

« Les Américains peuvent prendre leurs guns pour aller à la chasse aux écureuils; moi mon rêve c’est d’aller à la chasse aux séparatistes! HAHAHAHAHA »

Denis Blanchette, victime de l'attentat au Metropolis.
Denis Blanchette, victime de l’attentat au Metropolis.

Ce n’est pas la première fois que ce chroniqueur méprise les indépendantistes, mais cette fois il a dépassé toutes les bornes. A-t-on déjà oublié l’attentat politique de Richard Henri Bain? Denis Blanchette? Dave Courage? Les propos de Luc Lavoie sont si offensants que ce dernier devrait être privé de son privilège de faire usage des ondes publiques.

Et c’est précisément ce qui arriverait si ce dernier avait référé à quiconque autre que les « séparatistes ». L’indignation à géométrie variable doit cesser.

Scridb filter