La droite identitaire plus dangereuse que l’islam radical? Quelques précisions…

J’ai lu avec attention le texte de l’ex cadre du SCRS Michel Juneau-Katsuya selon lequel « la droite identitaire serait plus dangereuse que l’islam radical ». Toutefois, il me semble que cette analyse est partielle, incomplète. Si l’on doit admettre que le discours délétère d’une certaine « droite identitaire » existe (et il faut bien la définir cette droite) et qu’il est essentiel de le condamner, le combattre; évacuer de l’analyse les facteurs qui exacerbent les tensions sociales et mettent en place le foyer parfait pour que ces discours prolifèrent relève de la mauvaise foi ou du biais partisan.

Le cas Philippe Couillard – un PM vecteur de tensions sociales

Et que fait-on du discours d’un premier ministre, ici Philippe Couillard, qui ne fait plus que jeter de l’huile sur le feu, il en est rendu à jouer le rôle de pyromane sociétal.

Ce texte de Juneau-Katsura procède d’un biais manifeste, sinon comment ne pas traiter aussi comme facteur aggravant, ce discours du PM Couillard qui exacerbe les divisions et les tensions sociales.

capture-decran-2017-09-15-a-10-07-00

Quand François Legault a voulu que l’Assemblée nationale ajoute au rang des possibilités à étudier lors de la commission parlementaire visant à établir les seuils d’immigration au Québec, celle d’une baisse du nombre d’immigrants, Couillard a recouru d’emblée à l’injonction d’intolérance :

« François Legault souffle sur les braises de l’intolérance »

C’est pourtant le rôle d’un parlementaire que de soulever des hypothèses afin qu’elles soient étudiées! Toutefois, dans le climat politique actuel, pour se mériter l’accusation « d’intolérance », de « racisme », de « xénophobie », oubliez les parades avec les fêlés de l’extrême droite nazie du type Heritage Front; non, suffit maintenant que de remettre en question les dogmes de l’idéal diversitaire, ou du multiculturalisme radical que prônent ceux qui ont l’injonction d’intolérance facile.

Oseriez-vous critiquer la façon dont se conduit le PM du Canada dans le dossier de la crise des demandeurs de statut qui arrivent massivement à la frontière? = Raciste!

Oseriez-vous tenter de faire la démonstration que le Québec accueille trop d’immigrants au prorata de sa population et en fonction de sa capacité d’intégration? = Xénophobe!

Oseriez-vous rouspéter quand les intégristes religieux, très habiles pour soigner leurs accointances politiques, réussissent à incliner les politiques sociales pour battre en brèche le principe de laïcité? = Religiophobe!

Michel Juneau-Katsuya devrait aussi considérer l’effet délétère que peut avoir sur le climat sociétal des accusations du type « le chef de l’opposition officielle est un négationniste » faites par celui qui occupe la fonction de premier ministre.

L’ex cadre du SCRS -où il a peut-être côtoyé Couillard et son ami Arthur Porter – devrait aussi considérer dans son analyse des « discours haineux », cette propension qu’ont certains de nos dirigeants à faire le procès pour « racisme » de toute une nation à partir de prédicats douteux, ou bien pire, méprisants.

Nul ne peut douter que le fait de mettre au ban tout un segment de la population par la répétition de l’injonction d’intolérance – souvent de façon très subjective et inclinée idéologiquement – en allant jusqu’à monter un procès sous forme de commission sur le racisme systémique, une commission que l’on remet entre les mains de ceux qui le plus souvent derrière ces injonctions idéologiques – voilà des facteurs qui contribuent à exacerber un contre-discours lui aussi délétère, celui d’une certaine droite identitaire.

Soit dit en passant, jusqu’à maintenant, les agents les plus importants, les vecteurs de ce discours que l’on nomme « droite identitaire », se sont surtout affichés à l’aune du drapeau canadien. Il est pertinent de le rappeler. Aussi, M. Juneau-Katsuya, de par son expertise pour ce type de choses, n’est pas savoir qu’au sein de ces groupes, il y a une présence non-négligeable de citoyens que l’on identifie d’emblée à la droite conservatrice morale et sociale; pro armes à feu, pro loi et ordre, anti-immigration.

Ce phénomène n’est pas que québécois et il trouve écho partout sur le continent. Il existe et il faut le combattre. Mais refuser d’admettre, par exemple, que le PM Couillard tente par tous les moyens d’instrumentaliser une question aussi explosive, celle du « racisme systémique » afin d’en faire un levier politique pour associer ses adversaires politiques à ce que l’analyste Juneau-Katsuya nomme et identifie comme la « droite identitaire », voilà qui relève soit du biais partisan ou, tout simplement, de la mauvaise foi.

Scridb filter