caq_oui_energieest

OUI à Énergie Est, le «nationalisme» selon la CAQ…

Quelle est la stratégie des militants de la CAQ quand ils se trouvent embêtés devant les incohérences entre les prises de positions et l’étiquette « nationaliste » du parti? Les militants nient. Où ils insistent que ce n’est pas important. Pas une vraie affaire.

caq_pas_important

C’est précisément ce qui arrive depuis que la CAQ a appuyé le délétère projet d’oléoduc Énergie Est.

Difficile de se dire « nationaliste » et d’appuyer l’oléoduc Énergie Est de la pétrolière albertaine TransCanada. La CAQ a appuyé Le pipeline Énergie Est deux fois à l’assemblée nationale.

Deux fois.

fullsizerender-2

Chaque fois en sachant que ce projet d’oléoduc est vendu, défendu par le PM du Canada (Harper d’abord ET maintenant Justin Trudeau) et les PM des provinces comme un exercice de fondation du Canada, un projet si important qu’on lui accole l’étiquette de nation building. L’identité canadienne célébrée à coup de projets pharaoniques de pipelines qui transportent l’un des pétroles les plus dangereux et polluants de la planète.

François Legault dit oui à ça. En cautionnant cette hérésie environnementale qui consiste à faire exploser la production de pétrole des sables bitumineux « à condition que le Québec touche des milliards en redevances compte tenu que ce pétrole génèrera des milliards en revenus ».

La « nationaliste » François Legault s’est même porté à la défense du PM de la Saskatchewan Brad Wall en janvier 2016 quand ce dernier a insulté les Québécois en associant la péréquation que reçoit le Québec à sa « responsabilité de ne pas lever le nez sur le pétrole bitumineux ». Le journaliste Charles Lecavalier rapportait alors ceci :

Le chef caquiste et son équipe ne condamnent pas ces propos. François Legault «comprend que certains» politiciens «fassent ce lien», tout comme son leader parlementaire, François Bonnardel, qui parle d’une «vérité qui dérange».

Le « nationalisme » de la CAQ dans toute sa splendeur qui se conjugue aux mêmes arguments que ceux qui sont repris ensuite par les lobbyistes fédéralistes issus de la grande famille libérale à la solde de la pétrolière albertaine TransCanada. Et par Philippe Couillard. Les différences entre les deux partis – PLQ et CAQ – sont sans cesse diminuées.

capture-decran-2017-06-26-a-15-25-15

François Legault ne pourra se défiler sur cette question absolument capitale pour le Québec d’aujourd’hui, mais surtout de demain. Quand le Québec se trouvera en période pré-électorale et lors de la campagne de l’automne 2018, selon le Plan ministériel 2017-2018 de l’Office national de l’énergie (l’organisme fédéral seul responsable d’évaluer ce projet en dépit des conséquences potentiellement désastreuses de celui-ci pour le Québec), dès mars 2018 on se trouvera en période d’examen et d’évaluation public du projet Énergie Est.

Ce sera intéressant d’entendre les députés (et candidats, et militants) caquistes défendre ce projet et reprendre l’argumentaire méprisant pour le Québec que faire passer cet oléoduc est une bonne façon « de se défaire de la péréquation ». En réalité, difficile de trouver un projet qui est plus « anti intérêts nationaux du Québec » que l’oléoduc Énergie Est. Pour François Legault, suffit de le peinturer en bleu afin qu’il devienne tout à fait acceptable.

Bienvenue dans l’univers « nationaliste » de François Legault et de la CAQ.

Scridb filter