capture-decran-2017-03-23-a-09-46-24

« Attention! La ségrégation mine nos écoles! »

Comme bien d’autres, j’ai été indigné par ce photo-op orchestré par le gouvernement fédéral dans le cadre de la promotion du budget. Une image qui est en tout point planifiée, longuement réfléchie, comme c’est le propre des opérations de marketing politique de l’image auxquelles s’adonnent tous les partis politiques.

tweet-min-fin

Ici, le ministre des finances fédéral, dans une école, la bibliothèque peut-être, entouré d’enfants, tous issus de la « diversité » (aucun n’est blanc), ségrégué selon le sexe – les garçons à droite du ministre, les fillettes à gauche -, trois des quatre fillettes portent le voile. Chaque enfant tient un drapeau du Canada (deux en ont un des fêtes du 150e).

Cette mise en scène est longuement réfléchie, planifiée, discutée par des spécialistes d’affaires publiques, des staffers politiques. On est ici au cœur de la conviction la plus importante pour le premier ministre du Canada : la promotion du multiculturalisme, de la « diversité » (par procédé de synecdoque, en ce que le PM préfère toujours usé du terme diversité plutôt que multiculturalisme).

Le budget est une occasion de le faire, et le PM du Canada en fait une fixation. On se souviendra que son discours à la COP21 à Paris (sur l’environnement) avait plus été à propos de la « diversité » que de l’environnement. Normal, il arrivait à Paris sans plan, ni engagement environnemental digne de ce nom.

Ce procédé, par lequel toute occasion est bonne pour faire la promotion de la « diversité », traverse nombre des communications institutionnelles et des discours et autres communications du PM.

segre-ecol

Pendant ce temps, ailleurs dans la confrérie « multiculturaliste »…

Alors que le ministre des finances du Canada instrumentalise des enfants, en situation scolaire, afin de mousser à la fois son budget, mais surtout le multiculturalisme si cher à son patron; l’Angleterre, elle, se questionne, et s’indigne aussi, des travers de l’échec de sa propre politique de multiculturalisme. Notamment en éducation.

Candide, en quittant la politique, l’ex premier ministre britannique Cameron avait avoué l’échec du modèle multiculturaliste anglais « à la face de la ghettoïsation qui mine le fondement même du multiculturalisme ».

La BBC publie ces jours-ci les résultats d’une étude du groupe The Challenge, mandaté par le Department of Education, sur l’état du système d’éducation anglais. En se basant sur une période de cinq ans (2011-2016), les chercheurs se prononcent sur divers éléments inquiétants, parmi ceux-ci l’explosion de la ségrégation ethnique, sociale et religieuse dans les écoles primaires et secondaires anglaises.

Ce n’est pas moins de 25% des écoles primaires qui sont ségréguées en fonction de paramètres ethniques; aussi, 33% des écoles secondaires et 25% des écoles primaires souffrent, en plus, de forte ségrégation en fonction de paramètres socio-économiques. »

Explosion des écoles confessionnelles et privées, détérioration des écoles publiques qui sont minées par la ségrégation interne. Le constat dressé par les chercheurs est stupéfiant.

En terminant, ceci de John Yates, directeur du groupe The Challenge, qui n’en n’est pas moins que le constat d’une intégration dont plus personne ne se soucie :

« At a local and national level, government needs to commit to doing much more to reduce school segregation. We know that when communities live separately, anxiety and prejudice flourish, whereas when people from different backgrounds mix, it leads to more trusting and cohesive communities and opens up opportunities for social mobility. We urge local authorities, faith schools and academy chains to consider the impact admissions policies have upon neighbouring schools and put policies in place that encourage better school and community integration. »

Un enseignement absolument capital pour les autres nations qui se complaisent à faire la promotion d’un multiculturalisme sans limites sans se soucier de l’importance de l’intégration et de lutter contre le communautarisme et la ghettoïsation.

Pour ce qui est du Québec, il me semble que la majorité de la population préfère ne pas assister à la « re-confessionnalisation » des écoles. De vives luttes et de façon résolue, nos parents et grands-parents ont chassé le clergé de nos écoles; il s’agit là d’un acquis auquel la majorité des Québécois tient. Quand des politiciens font la promotion du multiculturalisme à coup de fillettes voilées, d’âge primaire ici – cela ne peut susciter qu’indignation. J’exècre l’endoctrinement religieux des enfants, peu importe la religion – et à plus forte raison quand le gouvernement l’instrumentalise pour faire la promotion de sa synecdoque diversitaire…

Scridb filter