unknown

Le français interdit dans le vestiaire de « Team Canada » junior…

Vous avez bien lu, la demi-douzaine de Québécois -une rareté qu’ils soient autant dans cette formation – qui faisaient partie de Team Canada junior lors du récent championnat mondial n’avaient pas le droit de se parler en français dans le vestiaire si l’on se fie aux informations recueillies par le journaliste François-David Rouleau du Journal de Montréal :

francaisteamcanadajr

Doit-on rappeler que Team Canada (on évitera de l’appeler « Équipe Canada » quand on y empêche l’usage du français) a évolué pendant la moitié du tournoi à Montréal dans la province de Québec; une province officiellement francophone… Espérons qu’un journaliste sportif creusera un peu plus loin pour savoir qui est responsable de cette consigne non seulement ridicule, mais carrément discriminatoire. L’entraineur-chef, Dominic Ducharme, était Québécois, Joël Bouchard faisait partie de l’équipe de direction, et que dire du personnel du Centre Bell, au vestiaire notamment.

Kathleen Lavoie du journal Le Soleil a renchéri d’ailleurs à ce sujet…

capture-decran-2017-01-08-a-18-44-07

Oui, une épouvantable règle…

Capture d’écran 2016-06-06 à 11.53.58

Vivement une « Équipe Québec »!

De quoi donner des munitions à ceux qui, comme moi, réclament depuis longtemps la représentation du Québec comme nation lors de tels événements sportifs. Et je ne suis pas le seul! rappelons-nous cet article du journaliste Martin Leclerc dans le journal Rue Frontenac en 2010 : « Notre équipe de hockey n’existe pas« … Un extrait :

« Ce que j’avance ici n’est pas politique. C’est un fait. Il n’y a qu’un peuple de hockeyeurs qui n’était pas représenté par son équipe aux Jeux olympiques et c’est le nôtre.

Le Québec, avec ses 90 000 joueurs (dont 66 évoluent dans la LNH), aurait constitué la quatrième plus grande fédération de hockey présente à ces Jeux. Nous comptons chez nous plus de joueurs de hockey que les Russes et presque autant que les Tchèques. Il y a 30% plus de hockeyeurs québécois que de Suédois ou de Finlandais. Et nous avons dix fois plus de joueurs que les Slovaques.

Il n’y a donc aucun doute là-dessus : nous produisons autant de grands joueurs que n’importe qui et l’équipe du Québec pourrait aspirer à une médaille olympique au même titre que les autres.

Pourtant, au lieu d’applaudir les nôtres et de nous ranger derrière eux, nous regardons jouer l’équipe du Canada anglais. Une formation où l’on retrouve trois gardiens québécois : un sur la glace, un sur le banc et un dans les gradins. Et un seul attaquant de chez nous, Patrice Bergeron, qu’on utilise quatre minutes par match. Ça vous tue une quête identitaire ça monsieur !

J’aime bien Shea Weber. C’est un défenseur extraordinaire. Mais c’est un Canadien anglais.

J’aime bien Sidney Crosby. On l’aime tous Sidney. En plus, il a joué son hockey junior à Rimouski. Mais c’est un Canadien anglais.

J’aime bien tous les Canadiens anglais qui font partie de l’équipe du Canada anglais. Comme j’aime bien Zach Parise ou Ryan Miller de l’équipe américaine. Comme j’aime Zdeno Chara et Jaroslav Halak chez les Slovaques. Ou Daniel Alfredsson du côté de la Suède.

J’aime bien l’équipe qui affrontera les Américains en grande finale du tournoi olympique, mais pas plus que ça, parce que ce n’est certainement pas mon équipe olympique. L’équipe qui représenterait mon peuple aux Jeux olympiques n’existe pas, malheureusement.

Applaudissons donc les Canadiens anglais. »

Et surtout, quand les Canadiens anglais daignent retenir quelques joueurs francophones dans leur Team Canada, assurons-nous qu’ils se la ferment. Ou qu’ils speak white…

Surtout… Jamais une Équipe Québec rappelle Philippe Couillard!

capture-decran-2017-01-03-a-07-59-40

En passant, lors des récents championnats mondiaux masculin de la Fédération de hockey sur Glace (FIHG-2016), il y avait 23 Hongrois qui prenaient part au tournoi mais un seul Québécois (j’en parlais ici) au sein de Team Canada… Pas trop de danger qu’il s’adresse en français à grand monde… En passant, ce n’est pas la première fois que cela se produit quand des Québécois qui font partie de l’élite de leur sport et qui sont contraints de représenter le Canada…

Tell us again how Canada is a great bilingual country…

Scridb filter